Calcul de l'énergie grise du projet

Calcul de l’énergie grise du projet

Contexte
L’énergie grise, telle qu’elle est comptabilisée dans les Analyses du cycle de vie (ACV), est la somme totale des énergies nécessaires afin d’élaborer un produit (y compris l’énergie des matériels et des équipements utilisés), depuis l’extraction des matériaux bruts, leur traitement, leur transformation, leur mise en œuvre, ainsi que les transports successifs et jusqu’à leur élimination finale. L’énergie grise dépend fortement du type de matières premières et du degré de transformation de celles-ci pour arriver au produit fini.

Concernant le projet BMT, l’énergie grise (calculée en kWh) ainsi que les principaux impacts environnementaux, des matériaux et produits de construction, ont été pris en compte dans les calculs.

Le traitement de ces données a été réalisé grâce à au progiciel COCON. Ce dernier utilise les Fiches de déclaration environnementale et sanitaire (FDES) de sa base de données. Dans certains cas, la recherche de l’information s’est faite directement via le site INIES (www.inies.fr), qui compile l’ensemble des FDES, ou directement auprès des fournisseurs de matériaux.

Ne seront retenus dans cette synthèse que l’indicateur de flux (l’énergie grise consommée, en kWh) et l’indicateur d’impacts (le changement climatique, en éq. kg CO2).

Résultats
L’ensemble des parois intégrées dans cette étude totalise approximativement 860 MWh de consommation d’énergie grise totale . Assez logiquement, les planchers (sur vide sanitaire et RdC/R+1) regroupent des matériaux assez énergivores (par ex. panneaux MDF, dalle béton) et ce sur des surfaces proportionnellement importantes par rapport aux autres parois.

On notera que les parois des catégories « Dalles & Planchers » et « Murs » voient leur énergie grise significativement plus faible lorsque l’on ne retient que les énergies d’origine non renouvelable. Cette différence tient essentiellement au caractère « biosourcé », principalement du bois, d’une ou plusieurs composantes des parois de ces deux catégories.

Le graphe et le tableau suivants illustrent ces résultats.

Figure : Energie grise totale du projet BMT


Tableau : Energie grise totale selon la catégorie de Parois (en kWh)

Les deux tiers de l’énergie grise consommée est de type « non renouvelable » car constituée d’électricité du réseau et d’énergie fossile contenue dans les matériaux. Avec 1 742 kWh/ep totale/m² SHON, l’énergie grise de ce projet peut sembler élevée. Néanmoins, d’une part l’inventaire des parois a porté sur une proportion significative des matériaux et produits finis (par ex. Polyseac) et, d’autre part, l’exigence des résultats pour l’appel à projet (BBC Effinergie -30% pour le cep) nécessite d’avoir recours a des parois plus complexes que pour une construction « classique ».
Le graphe suivant illustre la consommation énergétique par unité de surface, tous types de parois confondus.

Figure 4 : Energie grise par m² SHON

Synthèse d’une étude commandée par la SCI BMT à Didier Lanquetin, Enviro-Stratégies (didier.lanquetin@enviro-strategies.fr)